International


18 novembre 2011

Colloque de l’IREA : Médias et radicalisation des conflits en Afrique, le cas de la Côte d’Ivoire

Quel remède ? Comment reconstruire le tissu social ?

Kofi Alouda

kofialouda@gmail.com

I. Introduction

Les guerres contemporaines reposent en premier lieu sur les médias. Un simple rappel d’un constat. Un fait dont l’importance ne fait aucun doute pour tout citoyen un minimum averti. Or cette arme peut aussi devenir celle du faible, voire l’unique moyen qui puisse lui être accessible pour y faire face.
En mars 2007, lors d’un colloque organisé par La Plateforme Panafricaine à Paris (CNAM), sur le thème « une Afrique debout est possible », la préoccupation centrale concernait l’Information et les médias. Il en était ressorti qu’avec les nouveaux médias numériques, nous disposions là d’un sérieux levier pour faire changer la donne en Afrique. Une des illustrations de cette conviction reposait sur la manière dont la résistance ivoirienne avait pu s’appuyer efficacement sur ces nouveaux médias pendant des années. Les possibilités offertes par ces médias ont encore été plus largement démontrées par la suite lors de la campagne présidentielle américaine de 2008 (passons la citation d’un nom dans le contexte actuel…).

Il fut également question lors de ce colloque d’accélérer l’agenda de libération de l’Afrique avant que les ennemis du continent n’aient le temps de préparer leur opinion publique à un changement de méthode face à la difficulté croissante de dissimulation. Changement qui consisterait à intervenir désormais à visage découvert, « décomplexés », dans un contexte banalisé ; sans s’embarrasser encore de quelque autre apparence de morale que ce soit.
Quelles leçons tirer des dernières évolutions en Afrique en rapport avec la question ? Comment s’organiser ou se réorganiser en conséquence dans le domaine ? Au préalable, un rappel actualisé de l’état des lieux s’impose également... Lire la suite ici


Vous avez dit

1    2011-11-19 21:19:05   lpvdaya

  • On ne peut pas prétendre défendre l’Afrique sans connaître son histoire. Je me demande où est la fierté d’être un Sénégalais (notre pirogue), Camerounais(crevette), un Guinéen(Pygmée- Noir et petit - nain), un Sierra-leonais(montagnard du lion), un Érythréen(rouge), un Éthiopien(visage brûlé), etc...

    Quelle est l’origine actuelle des noms des pays africains ? Ces noms, n’ont-ils pas été donné par le colonisateur ? Devons-nous les accepter et nous affronter pour ces frontières héritées de la colonisation ou ne devons-nous pas construire une nouvelle Afrique transversale, fédérale et moins nationaliste ?

    Les Nationalités africaines sont nulles et non avenues !

    http://www.africamaat.com/Les-Nationalites-africaines-sont

2    2011-11-20 11:08:30   lpvdaya

  • On ne peut pas prétendre défendre l’Afrique sans connaître son histoire. Je me demande où est la fierté d’être un Sénégalais (notre pirogue), Camerounais(crevette), un Guinéen(Pygmée- Noir et petit - nain), un Sierra-leonais(montagnard du lion), un Erythréen(rouge), un Ethiopien(visage brûlé), etc...

    Quelle est l’origine actuelle des noms des pays africains ? Ces noms, n’ont-ils pas été donné par le colonisateur ? Devons-nous les accepter et nous affronter pour ces frontières héritées de la colonisation ou ne devons-nous pas construire une nouvelle Afrique transversale, fédérale et moins nationaliste ?

    VOIR : Les Nationalités africaines sont nulles et non avenues !

3    2011-11-20 18:37:47   myatowo !

  • Un angle de vision dont il faut tenir compte.
    Il une forte offensive de conscientisation. Avec une approche procédant de la même ruse que celle des commanditaires extérieurs.

    Un important travail doit être fait auprès de nos journalistes africains. Leur contribution est essentielle dans notre libération.

4    2011-11-23 23:57:31   helim-kfam

  • Alors, lpvdaya,

    tu propose quoi concrètement pour en finir un jour avec les "nationalités" africaines actuelles ?

    Moi je veux voir ce changement avant quitter le monde des vivants ! :)

5    2011-11-24 01:34:52   kasoli

  • Le probleme de l Africain, c est qu il est trop egocentrique.Il a peu de visions qu il tourne autour de lui-meme. Pour reussir l Africain doit commencer a reflechir beaucoup, travail beaucoup, avoir une vision panafricaine et ensuite mondiale. C est ce qui fait la force de l homme blanc. C est en donnant qu on recoit. Reflechissons-en.

6    2011-11-24 11:28:29   lpvdaya

7    2011-11-26 00:05:11   helim-kfam

  • @kasoli :

    L Africain n est pas plus égocentrique que les autres peuples. Que dire de Sarkozy, Berlusconi, Mussolini, etc. ?

    Son problème c est l aliénation, l abrutissement mental, culturel, intellectuel, ... S il était plus égocentrique que les autres, il refuserait de copier sur eux, il serait fier de ce qu il est et chercherait à s en sortir par lui même plutôt que d attendre tout du Blanc.

    L Africain a plutôt besoin d être fier de son être, c est là que commence la dignité.

    S il y a égocentrisme, c est justement chez ceux qui ne jurent que par l occident et qui dénigrent leur propre peuple, c est à dire les aliénés, qui ne sont plus africains dans l âme ; pas les africains "normaux" en pleine possession d eux-mêmes.

    Je reprends le lien de lpvdaya pour toi kasoli et pour d autres :

    http://www.youtube.com/watch?v=HoYz7Zdh-2E&feature=related



 

Du même auteur

13 articles publiés à ce jour  




0 | 10


A propos de l'auteur




Contactez-nous | Mentions légales

Copyright 2005 - www.togocity.com - All rights reserved -
Site developpé avec SPIP sous licence de logiciel libre (GPL)